Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Ce soir je l’avoue, vous allez vous dire que je suis un peu flemmarde 🙂 Mais je tenais à vous partager l’article de Angers.fr car ce dimanche se déroule la dernière étape du street art en direct et le dernier parcours commenté.

Je vous laisse découvrir ces magnifiques œuvres ! Bonne lecture…

 

En 2016, Julien de Casabianca avait collé sur les murs de la ville des reproductions grand format d’oeuvres des musées angevins. Pour la deuxième édition d’Echappées d’art, du 16 mai au 17 septembre, le concept reste le même: « Sortir les oeuvres et permettre à la création artistique d’investir l’espace public », explique l’adjoint à la Culture Alain Fouquet.

Cette année, en plus des collections des musées, c’est aussi celle du château d’Angers qui est mise à l’honneur. En tout une quarantaine de personnages sont ainsi disséminés dans l’espace public, sur les panneaux publicitaires et vitrines du centre-ville. Le tramway présente lui l’oeuvre majeure abritée par le château, avec une rame entièrement recouverte par une reproduction de la tenture de l’Apocalypse.

      

En investissant l’environnement urbain, Echappées d’art reprend à son compte les modes d’expression du street art: une filiation revendiquée cette année par l’intervention de plusieurs « street artistes », invités à habiller différents espaces.

Leurs créations sont à découvrir rue Cordelle et en haut de la rue Saint-Julien, ainsi qu’à l’angle du boulevard Ayrault et du quai Gambetta, avec un portrait gravé à même le mur d’un bâtiment (à partir du 28 juillet). Rues Plantagenêt et David d’Angers, les panneaux d’affichage libre des Angevins de FishBrain et By Lab permettront à partir de juin de découvrir chaque mois la création d’un artiste différent. Enfin place Saint-Aubin, le street artiste Okuda fera le lien avec les trésors des musées angevins, en proposant son interprétation de la tenture de l’Apocalypse et de la tapisserie du Chant du monde de Jean-Lurçat.

Arthur Louis Ignoré, alias Ali, a revisité les ternes piliers de la rue Saint-Julien. | @Laurent Beauvallet
Une reproduction de Fragonard s’est installée au dessus de la vitrine de l’ex-magasin Tati, place du Ralliement. |@Laurent Beauvallet
    

Alexandre Farto alias Vhils est un street artiste portugais. Le mur est son support de prédilection.
Pour Echappées d’art, à Angers, Vhils dessine le portrait d’une jeune femme anonyme à laquelle il est possible de s’identifier.
Cette réalisation fait partie d’un projet développé dans différentes villes du monde entier depuis 2007, intitulé Scratching The Surface series (série « Gratter la surface »), qui consiste en une série de portraits gravés à même les murs.

    

Street artiste espagnol, Okuda présente Apocalypsis, une fresque inspirée de la tenture de l’Apocalypse et du Chant du monde de Jean-Lurçat, réalisée place Saint-Aubin.

PROGRAMME DE DÉCOUVERTE

En complément de la découverte libre proposée au coin de la rue par Echappées d’art, plusieurs rendez-vous gratuits sont proposés, sur réservation.

Parcours commentés

Déambulez à la découverte des oeuvres d’Échappées d’art, guidé par un médiateur culturel.
Dimanche 17 septembre, 15h30.
Rdv placette Saint-Aubin (angle boulevard Foch et rue Saint-Aubin).
Gratuit sur réservation au 02 41 05 41 47 (20 personnes maximum).

STREET ART EN DIRECT

Dans le cadre d’Échappées d’art, Fishbrain et By Lab mettent en place des Panneaux Artistiques Libres (PAL : Facebook Instagram) sur plusieurs emplacements dans la ville. Ce dispositif consiste à mettre à disposition de tous des panneaux d’expression artistique dans l’espace public.

Pour cette saison, comme une incitation à investir ces panneaux, ils proposent une programmation sur deux lieux, rue Plantagenêt et rue David-d’Angers, avec les artistes Djack, Vicomte de la Palmyre, GretL, Silas et Djé Up. Leurs productions en direct ponctuent l’été et invitent les passants à investir eux aussi ces espaces de libre expression.

Samedi 24 juin, à partir de 14h30

  • rue David-d’Angers: Vicomte de la Palmyre Facebook
    Agé de 21 ans, Vicomte de la Palmyre est un street-artiste niortais. Il a commencé à peindre sur les murs alors qu’il était enfant et a continué à pratiquer cette passion jusqu’à aujourd’hui en autodidacte. Véritable performer, Vicompte de la Palmyre nous invite dans un monde imaginaire et coloré où les chats écoutent du jazz et les crocodiles jouent du ballon…
  • rue Plantagenêt: DJACK    Facebook Instagram                                                                                                          Diplômé à LISAA (L’Institut supérieur des arts appliqués), Djack est un graphiste et artiste pluridisciplinaire Nantais. Antoine DJACK se forme une bombe à la main puis trace sa route entre fusions charnelles et délires psychotiques, créant sa propre serre où prolifèrent ses créations sur tous les supports visuels.

Jeudi 27 juillet à partir de 14h30

  • rue David-d’Angers: GretL Facebook Instagram
    Jeune artiste peintre installée à Angers, GretL réalise des œuvres efflorescentes et sauvages. Diplômée d’un master en design produit, ses études influencent son approche de la peinture. Elle travaille autour de la superposition des formes et des couleurs pour obtenir des images végétales ou animales en filigranes.

Dimanche 17 septembre à partir de 14h30

  • rue David-d’Angers: Djé Up Facebook Instagram
    Djé Up puise son inspiration créative dans la culture urbaine. Passionné des arts graphiques il commence par le pochoir puis découvre la sérigraphie. En 2008 il crée son atelier de sérigraphie Fishbrain et propose ses propres collections et illustrations.
  • rue Plantagenêt: Silas Facebook Instagram 
    Silas est un illustrateur-graphiste protéiforme. Il a étudié aux Beaux arts d’Angoulême, puis a obtenu un BTS Design graphique à l’EEGP (Ecole européenne de graphisme et de publicité). Passionné d’art et de culture, il a un besoin important de créer, d’inventer, d’observer. Il aime travailler un univers graphique singulier afin de communiquer au mieux à travers ce médium universel qu’est l’image.

 

 

Tôpette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *