Festival Photographique Influences Indiennes

Namasté ou Juley, juley

 

Ce soir, l’Anjou est à l’heure indienne et croyez moi il va y avoir du beau, de la couleur et surtout la venue de photographes Indiens pour certains rien que pour ce festival.

Édito des Tisseurs d’images

 

Pour cette troisième édition du Festival Influences, l’équipe des Tisseurs d’images continue avec la même envie, celle de répondre aux principes même du festival de donner à voir et à s’interroger, de former, d’informer et d’échanger avec les visiteurs, mais aussi de promouvoir et de soutenir pleinement les photographes. Avec le même concept de mettre à l’honneur un territoire et sa photographie, en donnant du sens à cet évènement photographique.
Le festival investira une nouvelle fois le coeur verdoyant de la ville de Beaucouzé, dans le parc du Prieuré, avec plus d’expositions et plus de rendez-vous que l’édition précédente. Au total, pas moins de 14 expositions seront organisées en balade photographique.
Cette fois-ci, notre regard s’est porté vers un territoire dont on parle beaucoup aujourd’hui pour son développement économique fulgurant, mais sûrement moins connu pour sa photographie: l’INDE. En passe de devenir un acteur majeur dans les relations internationales, ce pays reste toutefois profondément attaché à ses traditions, à sa culture, et doit faire face à bien des problèmes internes.
Le festival questionnera alors, sur cette Inde d’aujourd’hui, face à ses mutations profondes et à ses défis.
On peut constater qu’avec une croissance économique rapide, la jeune génération de photographes indiens ressent l’envie de traduire en images leur société très codée en pleine mutation. Le paradoxe d’un attachement aux valeurs, à l’histoire et aux traditions avec un désir fort d’émancipation se retrouve dans les sujets traités par les photographes sélectionnés au festival. Riche en auteurs documentaires, en photojournalistes et en artistes, la photographie indienne présentée à Beaucouzé montrera l’Inde telle qu’elle est aujourd’hui.
Un Focus sur la thématique de la femme dans la société indienne contemporaine consacrera plusieurs soirées sur le sujet : 2 soirées ciné-rencontres et une soirée Thema.
Aussi, tout au long de cette année scolaire, un projet pédagogique et photographique est mené avec les élèves de l’école Maurice Ravel de Beaucouzé. Il va permettre un échange privilégié et solidaire entre ces élèves et ceux de Zubeda Begum high school (Zainabad village, Gujarat) en Inde. Le fruit de ce projet commun sera exposé.
Le festival Influences ne vit que grâce à la passion qui anime l’équipe, grâce au dévouement précieux des bénévoles, au partenariat étroit avec la ville de Beaucouzé et grâce à tous nos partenaires. MERCI infiniment.

 

Les grandes lignes du festival 

Vasantha Yogananthan, photographe français d’origine tamoule, ouvre la marche de cette jeune photographie montante et présente à notre grand plaisir, la série : A Myth of two Souls. Une interprétation du célèbre Ramayana, poème épique et religieux vieux de plus de deux millénaires, revisité à l’aulne de l’Inde contemporaine. Ses photographies travaillées au moyen et grand format nimbées d’une lumière diaphane sont presque irréelles : « Une manière de produire de l’incertitude dans l’esprit de celui qui les regarde ». Il est entouré de plusieurs photographes indiens et français que nous découvrirons au gré de promenades dans le parc du Prieuré.

Arko Datto travaille sur des sujets contemporains. Il présente à Beaucouzé sa série Pik Nik avec laquelle il nous transporte dans la région du delta du Gange. « La société indienne est une société passablement réprimée. Pendant les pique-niques les gens se lâchent ».

Taha Ahmad, jeune et talentueux photographe expose un magnifique documentaire sur une forme de broderie qui utilise des fils d’or et d’argent : Swan song of the Badlas, que seuls quelques hommes pratiquent désormais.

Thomas Morel Fort a réalisé un travail documentaire sur le kushti, une forme de lutte ancestrale indienne. Les lutteurs de tous les âges se retrouvent sans implication de caste, ni de religion.

Amit Pasricha, nous emmène dans une photographie documentaire architecturale et sociale en nous présentant de superbes panoramiques d’intérieurs, de maisons, de personnes, de classes sociales différentes. Une aventure dans l’incroyable diversité ethnique et culturelle indienne appelée India at home.

L’observation sur les transformations de l’Inde se retrouve dans le travail d’Arthur Crestani avec sa série Bad City Dreams qui évoque par une mise en scène inspirée des studios photos ambulants indiens, les changements de la ville et de sa matérialité.

Swastik Pal aborde aussi à sa manière cette Inde en mutation en photographiant les habitants d’une île dans le Delta du Bengale, qui disparait, victime de la montée inévitable du niveau de la mer : The hungry tide.

Le collectif BIND dont les membres sont basés à Bombay et à Paris, rend hommage aux quatre générations de familles qui ont vécu dans les rues de Bombay au travers de photographies collectées, survivantes des cycles de moussons et d’expulsions.

Ce joli travail narratif The Bodyguard Lane Album va côtoyer la très poétique série de Tilby Vattard : Kashi Station, une immersion entre le rêve et la réalité de son profond regard sur la ville de Bénares.

Des profondeurs, nous admirerons aussi la série Angst, du photographe Soham Gupta. Un conte
désespéré d’un enfer fictif de la nuit, des coins et recoins habités par les âmes indiennes errantes.

Yannick Cormier, photographe documentaire français, expose Theatre Land, un documentaire très subjectif, une histoire crue inspirée de traditions et de rituels ancestraux.

Au détour d’un chemin, le très doux travail kadal – the sea de Karen Dias, aussi photographe documentaire, nous promène dans le sud de l’Inde, nous dévoilant son interprétation des rêves et des réalités des enfants de pêcheurs, victimes du tsunami, il y a dix ans.

La très colorée série photographique de Tuul et Bruno Morandi, nous transporte, par Les métamorphoses du sari, dans les ateliers de fabrication des saris qui créent un spectacle esthétique où la grâce naturelle des ouvrières côtoie l’art.

Nishant Shukla parle de questions d’identité dans son travail artistique. Il présente au festival sa série Seeking Moksha un voyage personnel et introspectif vers les sources du Gange. Un pélerinage ponctué de rencontres d’êtres perdus dans leur quête de l’illumination.

Lors de la soirée conférence,Yannick Cormier, photographe documentaire français et commissaire d’expositions pour le Pondiphoto (Pondichery, Inde), dressera un «état des lieux» de la photographie en Inde.

Puis, Zoé E.Headley, socio éthnologue, parlera des archives photographiques produites dans les studios indiens que l’équipe de STARS, en collaboration avec l’Institut francais à Pondichery, tente de préserver.

La photographe angevine Christine Tourneux animera la soirée Théma sur « la condition de la femme dans la société Indienne » par des projections et des échanges avec le public.

Mélanie Dornier, photographe documentaire sera aussi l’invitée de cette soirée.

D’autres temps forts rythmeront ce festival: visites guidées et rencontres avec les photographes, signatures de livres, stages photographiques, soirées ciné/rencontre, journée conviviale.
Des médiations pour les scolaires seront proposées, ainsi que des visites guidées pour les malvoyants et malentendants.

Notre volonté est de créer un événement photographique, riche de rencontres et de débats, dans une ambiance simple et conviviale, ouvert à tout public, essentiellement gratuit.

 

Agenda du festival

MARDI 22 MAI 20h | Cinéma les 400 coups – Angers Soirée cinéma indien «Lipstick under my burka».

VENDREDI 25 MAI 18h30 | Mairie, salle du conseil Ouverture officielle du festival et vernissage.

SAMEDI 26 MAI 10h30 – 18h | Parc du Prieuré Grange Dîmière Rencontres et visites guidées avec les photographes. 18h | Grange Dîmière Signatures de livres.

DIMANCHE 27 MAI 14h – 17h | Parc du Prieuré Rencontres et visites guidées avec les photographes.

MARDI 29 MAI 20h30 | Salle du conseil Soirée conférence animée par Yannick Cormier : «Etat des lieux de la photographie en Inde», puis les Archives photographiques produites dans les studios indiens, Zoé E Headley.

VENDREDI 01 JUIN 09h – 18h | Maison des associations Stage photographique (3 jours) animé par la photographe Arja Hyytiainen (Agence Vu).

SAMEDI 02 JUIN 09h – 18h | Maison des associations Stage photographique (3 jours) animé par la photographe Arja Hyytiainen (Agence Vu).   09h – 13h | Le Thaï l’Inde – Angers Stage (1/2 jour) – photographie culinaire, animé par la photographe Christine Tourneux. 10h – 18h | Maison de la solidarité Stage photographique (1 jour), destiné aux adolescents et animé par la photographe Marine Oger.

DIMANCHE 03 JUIN 09h – 18h | Maison des associations Stage photographique (3 jours) animé par la photographe Arja Hyytiainen (Agence Vu). 12h | Parc du Prieuré Journée conviviale : pique nique, stands… 14h30-17h30 | Parvis de la MCL Démonstration de dance Bollywood et saris. 14h30 – 18h | Parvis de la MCL Se faire tirer le beau portrait. 18h | MCL Projection d’une sélection d’images réalisées lors des 3 stages.

MARDI 05 JUIN 21h | MCL Soirée ciné, rencontre « La Grande Ville », animée par Gaëlle Bédier Lerays, critique de cinéma.

MARDI 12 JUIN 20h30 | Salle du conseil Soirée Théma «La femme dans la société indienne» animée par Christine Tourneux, invitée : Mélanie Dornier.

DIMANCHE 24 JUIN 18h | Clôture du festival.

 

Comment s’y rendre

Commune de l’agglomération Angevine, Beaucouzé est situé à l’ouest et à moins de 10 minutes du centre ville d’Angers. Direction mairie de Beaucouzé : 47°28’27.8»N 0°37’53.9»W
En voiture : – 2h30 – 300 km par l’autoroute A11 au départ de Paris – 1h – 87 km par l’autoroute A11 au départ de Nantes En train : – 1 h 30 par le TGV de Paris Montparnasse à Angers Saint Laud. Prendre ensuite la ligne 4 des bus Irigo En avion : – A 25 minutes – 30 km de l’aéroport d’Angers-Marcé – A 1h – 95 km de l’aéroport international de Nantes Atlantique

 

Pour plus d’informations je vous invite à aller sur le site des Tisseurs d’images

Facebook Instagram Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *